Salaires et bonus, pas d'euphorie en 2017

Publié le 12-01-2017 |
Présenté par

A l’approche de la saison des bonus (en février-mars), la tension commence à s’installer dans les bureaux des banquiers parisiens. Chez les chasseurs de têtes aussi dans une certaine mesure, puisque ces professionnels du recrutement prendront part au plus ou moins grand « mercato » des banquiers après le versement de leurs primes variables. « 2016 est une bonne année pour les activités de financement, tout particulièrement en M&A (fusions-acquisitions), note Denis Marcadet, président du cabinet de chasse de têtes Vendôme Associés, qui intervient sur des profils d’au moins dix ans d’expérience dont la rémunération fixe annuelle est supérieure à 150.000 euros (niveau qui fait office de « benchmark » chez les chasseurs de têtes spécialisés dans la finance). Les bonus devraient s’aligner en conséquence, ils seront à la hausse. Les premiers annoncés au sein de banques d’affaires le confirment, les attentes sont fortes. » « Cette année, les banquiers du M&A (‘vice president’, ‘associate’, directeur) tablent sur des bonus de bonne facture, confirme Amaury La Clavière, senior manager banque de financement et d’investissement (BFI) chez le chasseur de têtes Robert Walters. Les établissements rétribueront en particulier ceux qui se sont investis le plus sans toutefois discriminer les autres, l’allocation sera donc très individualisée, comme le veut la pratique dans les métiers de BFI. »

Sur le même sujet :